charlie test

Début 2016, beebreeders.com organisait un concours d’idée pour imaginer un pavillon portable visant à véhiculer la liberté d’expression à travers le monde.

s+A! a répondu : voici notre proposition sous forme de comics.

CHARLIE-FR1-S+A-BR

CHARLIE-FR2-S+A-BR CHARLIE-FR3-S+A-BR CHARLIE-FR4-S+A-BR

Ces 4 planches initialement écrites en anglais constituent l’unique matière rendue au concours, sans plus d’explication de texte.

Nous nous permettons d’éclairer ici notre propos par cette succincte note d’intention:

Le choix du titre est une référence à Venturi, il écrivait dans l‘Enseignement de Las Vegas qu’il suffisait d’afficher « I am a monument » sur une grande enseigne au dessus d’un bâtiment quelconque pour qu’il soit effectivement considéré comme un monument.Screenshot_20160210-232647~2je-suis-charlie[1]Nous pensions donc au #JESUISCHARLIE qu’il a suffit de dire pour se revendiquer libre, qu’il a suffit de scander pour être considéré comme non terrorisé, qu’il a suffit d’afficher pour se protéger de l’obscurantisme.

Il nous fallait donc construire un monument pour la liberté d’expression. Nous pariions donc sur la performativité d’un #IAMAMONUMENT qui annoncerait que c’était la liberté d’expression elle-même qui est un monument. Ainsi il était inutile de donner de dimensions monumentales à notre pavillon. Le contenu diffusé serait monumental.

1340656798-archigram4Nous avons répondu sur deux aspects programmatiques forts : mobilité et flexibilité. Avec des clins d’oeil aux contre-utopies d’Archigram ou au retrofuturisme de Schuitten et Peeters, nous avons ancré le projet dans le présent et l’avenir : les technologies présentes en matière de communications instantanées et les moyens de transports novateurs (utiliser des ballons dirigeables comme porte conteneur n’est pas une utopie.)

Nous avons choisi une forme narrative, saisi un instantané du voyage entre deux rives de la méditerranée chargées d’histoire antique et immédiate, plaçant alors le récit dans une actualité politique tendue : les libertés de circuler, d’habiter, de se réfugier, de penser, de s’exprimer sont plus que jamais mises à mal.

Vous aurez sûrement deviné notre référence d’ordre graphique : le jaune Simpson’s qu’avait emprunté Charb à Matt Groening. Nous l’empruntons à notre tour pour notre rendu à huit mains, avec notre illustratrice du collectif (son site est ici >>>  https://camilleaubrymakes.wordpress.com/  <<<)

Le règlement insistait sur le caractère itinérant du pavillon et comme sur la plupart de nos projets, la co-construction est une dimension essentielle de notre démarche, nous avons considéré que les procédés constructifs choisis devaient permettre d'associer les réseaux locaux dès la construction et jusqu'au démontage. La réussite d'un tel lieu passant par cette dimension participative.

Nous n'avons malheureusement pas gagné ce concours. Pas même une mention. Mais cela ne nous a pas empêché de vous le présenter ici !

(vous pouvez aussi aller voir ici le site dédié à la compétition « charliehebdo portable pavilion » où sont présentés les lauréats )

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s